COMPLAINTE

"Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta"

Rutebeuf

Le poète a toujours raison...

Le 25 janvier 2012


A CHACUN SA SOUFFRANCE 

Chaque personne souffre à sa manière ; et celles ou ceux qui y voient des "manières", qui catégorisent, qui jugent, pis, qui s'apitoient ou se moquent, méconnaissent le foyer virtuel d'une identité singulière qui cherche à survivre malgré le poids d'un passé subi, inné et/ou acquis. L'objectivité, dans le meilleur des cas, explique, mais ne peut toucher à l'irréductible subjectivité.

Il paraît que Jacques Brel, souffrant de son cancer, disait à ses amis à son chevet: "Si vous m'aimez, fermez vos gueules". Aucun fatalisme ni pessimisme ici, au contraire, mais l'espoir des autres n'est pas nécessairement contagieux. Le secret d'une pathologie peut se percer à plus ou moins long terme en fonction des découvertes scientifiques, mais le mystère d'une vie ne se met pas en équation. Une autre dimension, ténébreuse, vaporeuse ou lumineuse échappe à nos regards épris de concrétude rassurante. Qu'en est-il ? Dieu seul le sait...

Le 3 septembre 2009